Catégories
exercice illégal de la profession de danseur étoile

une histoire pleine de bruit et de fureur

une histoire pleine de bruit et de fureur

une histoire pleine de bruit et de fureur – Tom Jones / William Shakespeare, Macbeth

« c’est une histoire
Racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur,
Et qui ne signifie rien. »

Catégories
art liquide il faut nager pour vivre et non vivre pour nager

plonger ou ne pas plonger

plonger ou ne pas plonger
plonger ou ne pas plonger

plonger ou ne pas plonger – Sammy Slabbinck / Hamlet

Cette célèbre citation interroge la réalité de l’existence : il s’agit de savoir si nous plongeons vraiment.

Cette question peut choquer. En effet, le fait de plonger nous apparaît toujours comme une évidence. Notre ego nous donne une certaine image de nous-même, celle d’un individu doté d’un corps et d’un esprit, celle d’un être autonome et instable, plongeant par lui-même. Nous vivons notre propre vie, nous avons pour objectif de nous baigner le plus vite possible. Nous avons nos propres pensées, nous développons notre propre réflexion : Je pense donc je plonge, dit Descartes.

Pour d’autres, le fait de plonger est une illusion. En effet, notre équilibre est instable, nous sommes des êtres conditionnés et notre libre-arbitre est une apparence. source : jepense.org

Sammy Slabbinck (°1977 Belgique) réalise des  collages de papier dynamiques, des illustrations, des vidéos et des impressions  combinant des images trouvées avec des styles de composition contemporains. Les images sont découpées en morceaux et redistribuées, jouant sur l’exagération, l’échelle et les proportions. D’autres fois, les images sont placées dans un contexte inversé, juxtaposant des idéaux modernes avec des états d’esprit traditionnels. Son œil pour les tons sourds et les compositions surréalistes rendent son travail engageant, mémorable et parfois plein d’humour

autres publications bretzel liquide taguées Sammy Slabbinck

tag : bac philo option piscine

Catégories
Ma (brette) Zèle Tophe !

il y a quelque chose de pourri au royaume de Russie

il y a quelque chose de pourri au royaume de Russie
il y a quelque chose de pourri au royaume de Russie

il y a quelque chose de pourri au royaume de Russie – Shinya Masuda : Hanafuda Shouzoku

Shinya Masuda est né en 1965 à Nagoya, au Japon. Il vit actuellement à Tokyo.
Un chef français devenu photographe.
Après avoir été diplômé de l’école d’art et de design de Nagano, avec une spécialisation en design de communication visuelle, il a travaillé comme photographe commercial au département de photographie de la société de production de design.
Il a ensuite rencontré M. HASHI, le photographe Action Still Life à New York, et a étudié avec lui pendant un an et demi au HASHI STUDIO TOKYO. Il travaille maintenant comme artiste.
En 2013, après avoir remporté un prix lors d’un concours d’art à Londres, il a commencé à travailler à l’international.
En 2018, il participe pour la première fois au World Photo Festival en Italie et à la Biennale de la photographie contemporaine à Paris.
En 2019, avec le soutien du Center for Fine Art Photography, sa première exposition personnelle aux États-Unis ouvrira en octobre.
Par la suite, il poursuivra ses activités avec le Athens Photo Festival (Musée Benaki. Athènes Grèce) en 2019 et PHOTO IS:RAEL en 2020.

tags : nature morte, fruit pourri, banane, Hamlet

Catégories
gif animés avez-vous donc une âme un jour sans fin

en avant !

en avant !
en avant !

en avant !

Throne of Blood ‘蜘蛛巣城’ 1957 · dir. Akira Kurosawa

« Macbeth » japonais avec un samurai et sa femme malhonnête : Alors qu’ils traversent une forêt après une bataille, les généraux Washizu et Miki rencontrent un esprit. Celui-ci prédit que Washizu deviendra seigneur du Château de l’araignée, mais que ce seront les descendants de Miki qui lui succéderont. source : google

Catégories
gif animés avez-vous donc une âme

Hamlet aux champignons

Hamlet aux champignons - Jean Jacques Lebel, Sunlove, 1967
Hamlet aux champignons – Jean Jacques Lebel, Sunlove, 1967

Hamlet aux champignons – Jean Jacques Lebel, Sunlove, 1967

HAMLET. – Etre, ou ne pas être : telle est la question. Y a-t-il pour l’âme plus de noblesse à endurer les coups et les revers d’une injurieuse fortune, ou à s’armer contre elle pour mettre
frein à une marée de douleurs ? Mourir… dormir, c’est tout ;… Calmer enfin, dit-on, dans le sommeil les affreux battements du cœur ; quelle conclusion des maux héréditaires serait plus
dévotement souhaitée ? Mourir… dormir, dormir ! Rêver peut-être ! C’est là le hic. Car, échappés des liens charnels, si, dans ce sommeil du trépas, il nous vient des songes… halte là ! Cette considération prolonge la calamité de la vie. Car, sinon, qui supporterait du sort les
soufflets et les avanies, les torts de l’oppresseur, les outrages de l’orgueilleux, les affres de l’amour dédaigné, les remises de la justice, l’insolence des gens officiels, et les rebuffades que les méritants rencontrent auprès des indignes, alors qu’un simple petit coup de pointe viendrait à bout de tout cela ?


William Shakespeare, Hamlet, Acte III, scène 1, extrait (1601), traduction d’André Gide, in Œuvres complètes, tome 2, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1959. source : blog.ac-versailles.fr

Jean-Jacques Lebel, né en 1936, est à la fois artiste et activiste. « Sunlove » est un film des performances du festival Sun Love Happening, organisé par Jean-Jacques Lebel avec le groupe Les Soft Machines, à Saint-Tropez (France), en juillet 1967. Happening en hommage au LSD.

autres publications bretzel liquide taguées Jean-Jacques Lebel