Catégories
nos amis les brette

je suis une brindille

je suis une brindille

je suis une brindille

tag : phasme

Catégories
animal, on est mal Brette Ciel Liquide comprendre les expressions françaises

et toi tu fumes après l’amour ?

et toi tu fumes après l’amour ?

amour :

  1. Sentiment vif qui pousse à aimer (qqn), à vouloir du bien, à aider en s’identifiant plus ou moins.
  2. Inclination envers une personne, le plus souvent à caractère passionnel, fondée sur l’instinct sexuel, mais entraînant des comportements variés. Google

tags : virilité, éjaculation, machisme, modèle masculin

Catégories
jamais Lacan on a besoin de toi je suis complètement vous

le monde change

le monde change - Gianluca Gambino aka Tenia : la métamorphose
le monde change – Gianluca Gambino aka Tenia : la métamorphose

le monde change – Gianluca Gambino aka Tenia : la métamorphose

 » En se levant un matin après une nuit de rêves inquiétants, Gregor Samsa se découvrit transformé, dans son lit, en un énorme insecte. « 

Ce sont les premiers mots de « La métamorphose » de Kafka (1912),

le début de la lente « mort » psychique et physique du « voyageur de commerce ». Quelques lignes plus loin, Samsa-cafard découvre une partie de son ventre « couverte de nombreux petits boutons blancs qu’il ne pouvait expliquer. Il essaya de les toucher avec une de ses pattes, mais il dut la retirer immédiatement, car à leur contact, il éprouva une sensation de froid. »
Peut-être que cette sensation de froid indique la double « peine » de Kafka : l’une, envers son corps à travers les premiers symptômes d’une maladie dont il mourut quelques années plus tard, l’autre, liée à un interdit œdipien présent depuis toujours et révélée par son amour pour Felice Bauer, rencontrée quelques mois plus tôt.
Notre hypothèse est que Kafka réagit à la « sensation de froid » à travers une intention psychique inconsciente destructive  irrationnelle, mais triomphante, parce qu’elle « confirme » le destin déjà écrit d’un échec œdipien : ici Laios triomphe et tue Œdipe.
Le cafard kafkaïen est-il une illusion capable de s’étendre à la condition humaine tout entière (comme on l’interprète habituellement), ou s’agit-il d’un verdict inscrit dans le corps et prononcé par un Surmoi implacable, entraînant une maladie destructrice ?

Dans Le procès, Josef K. écrit : « un seul bourreau pourrait remplacer le tribunal entier ».

Pour lui, en effet, le bourreau gagne toujours son combat, car cette authentique transformation du destin est impossible. Tandis qu’elle le fut pour Freud durant les mêmes années (à l’époque de la première Guerre Mondiale).
Face au traumatisme de la décadence, les autobiographies involontaires suivent deux chemins différents : Freud réécrit l’Œdipe comme Histoire et le relance dans le temps, Kafka réécrit l’Œdipe comme Maladie et y met fin.
Ainsi, chez Kafka ne domine pas la Transformation, mais la Métamorphose, c’est-à-dire la mutation totale sans lien avec l’état précédent. Gregor Samsa ne se transforme pas, il se mue en cafard.
Nous avons mutation et violence, mais il nous manque la troisième composante nécessaire l’invariance, selon Bion pour parler de transformation catastrophique : il ne reste rien du passé qui garde un minimum de continuité. Kafka ne souhaite pas changer, il veut plutôt que la réalité fasse un pas en arrière, que la vie reprenne son cours normal, comme par magie :

Le terme « métamorphose » issu du Grec, signifie « changement total ».

(…) Pour que la métamorphose se produise, le moi doit se déplacer par segments massifs, condensés, non suffisamment dissociés ou différentiés entre eux, et ainsi le passage d’un fragment du moi à un autre est un véritable changement de personnalité, une métamorphose. C’est ce que j’appelle objet agglutiné ou relation objectale agglutinée ». (Bleger, 1967, p. 101).
« . Ainsi tout est réaménagé et acquiert un sens nouveau. C’est une réorganisation dans laquelle tous les éléments sont classés dans un ordre différent et s’adaptent à un moi situé à un niveau régressif, magique (…) C’est la rencontre avec une image interne, idéalisée, et c’est pour cela qu’elle apparaît avec les caractéristiques de la prédétermination ». Si : « La régression est trop intense, on court le risque de se dissiper et le contact avec l’autre devient indispensable pour circonscrire la régression et configurer à nouveau la personnalisation « en se reflétant dans l’autre » ; il s’agit donc d’une recherche de limites » (Bleger, 1967, p. 102). source : CAIRN

autres publications bretzel liquide taguées Gianluca Gambino

Catégories
animal, on est mal gif animés avez-vous donc une âme

l’amour l’après-midi

l'amour l'après-midi
l’amour l’après-midi

l’amour l’après-midi

tags : Rhett Hammersmith, La Femme guêpe (The Wasp Woman) Jim Wynorski, 1995, j’ai encore rêvé qu’elle me faisait l’amour

L’après-midi, quand il faisait beau, elle me faisait l’amour

Catégories
nos amis les brette

rester belle, même sous la pluie

A dragonfly wiping rain from its face une libellule essuyant la pluie de son visage pour rester belle, même sous la pluie

Stylée sous la pluie : 5 conseils pour rester féminine quand il pleut et avoir du style même quand il pleut

catégorie « nos amis les brette » sur yves.brette.biz