Catégories
Ma (brette) Zèle Tophe !

les réveils mous

les réveils mous
les réveils mous

les réveils mous – André Kertész, Pendulum, Distortion, 1938

De son vrai nom Kertész Andor, André Kertész est originaire d’une famille bourgeoise de Budapest. Il est encore jeune quand son père décède, et il est confié à un tuteur, employé à la Bourse de Budapest. Il y travaillera lui-même pendant deux années.
Le baccalauréat en poche, Kertész achète son premier appareil photo moyen-format en 1912. Ce dernier est pour lui comme un bloc-notes. Il photographie alors tout ce qui l’entoure, met en exergue les détails de son quotidien. Il est enrôlé dans l’armée austro-hongroise et réalisera pour son compte personnel des portraits de soldats dans les tranchées. Quelques uns seulement seront publiées sous forme de cartes postales.

Le départ pour la France

Avec la fin de l’Empire austro-hongrois et le décès de son père, Kertész décide, avec le soutien de sa famille, de quitter la misère des campagnes hongroises pour tenter sa chance en France. Il débarque ainsi à Paris en 1923 et se fait appeler André, équivalent français de Andor. Il découvre alors les milieux culturels parisiens, et rencontre Brassaï, Colette ou encore Mondrian.
Ses photographies, essentiellement des portraits et des scènes de rues, témoignent de la vie parisienne, dans les petites ruelles et les endroits délaissés par les touristes et les Parisiens eux-mêmes. Kertész devient en quelque sorte le photographe de l’invisible, qu’il vend sous forme de petites cartes postales pour gagner sa vie.
Proche des milieux intellectuels, en particulier des surréalistes et du mouvement Dada, il préfère néanmoins rester indépendant. Mais cette proximité fera de lui rapidement un maître du portrait d’artiste. source : infotographiste.fr

autres publications bretzel liquide taguées André Kertész

tags : Dali, montres molles, surréalisme

Catégories
art liquide

l’oeil mou

l'oeil mou
l’oeil mou

l’oeil mou – Salvador Dali : L’oeil 1945

 Coup d’œil mou sur La persistance de la Mémoire aussi appelée Les Montres molles, tableau surréaliste flasque.

autres publications bretzel liquide taguées Salvador Dali

Catégories
comprendre les expressions françaises the truth (de toilette)

à part bien sûr Michel Drucker

à part bien sûr Michel Drucker
à part bien sûr Michel Drucker

à part bien sûr Michel Drucker / Renaud

lire sur les lèvres, en étant assis dessus

La lecture labiale consiste à s’asseoir sur les lèvres d’une personne., Pour être bien assis, la bouche doit avoir une forme particulière. source : Wikipedia

Prototype de canapé Salvador Dali x Oscar Tusquets Red Lips ‘Salivassofa’ (1972).

« La réalisation du projet Salivasofá a commencé en 1972 lorsque Oscar Tusquets a proposé à Salvador Dalí de reproduire en trois dimensions et à échelle réelle le tableau de 1936 « Retrato de Mae West pudiendo ser utilizado Como sala de estar » (Visage de Mae West qui peut être utilisé en tant qu’appartement surréaliste) au Musée du théâtre (Teatro Museo) de Figueras.

« En 1974, tout était préparé pour le développement et la production de la Salivasofá, qui n’a jamais abouti. Seuls six prototypes ont été fabriqués. Nous savions qu’il en existait un – celui du salon Mae West du Dali’s Theatre Museum à Figueas, jusqu’à la prise de conscience de ce canapé actuel, le seul prototype disponible sur le marché.

« Le matériau dans lequel il est fabriqué est une mousse de polyuréthane recouverte d’un revêtement en polidur rouge. »

source : 1stdibs 

Catégories
Ma (brette) Zèle Tophe !

soutiens-moi

soutiens-moi / Florence Poullain : Salvador Dali, Femme à la tête de roses, 1981
soutiens-moi / Florence Poullain : Salvador Dali, Femme à la tête de roses, 1981

soutiens-moi / Florence Poullain : Salvador Dali, Femme à la tête de roses, 1981

Dali et la rose

« L’utilisation par Dalí de la fleur de rose dans son art a traversé de nombreux médiums différents. Dans la sculpture en bronze d’Alice au pays des merveilles (conçue en 1977), les mains et les cheveux de la femme se sont épanouis en roses symbolisant la beauté féminine et la jeunesse éternelle.

Dans la sculpture de Dalí, Woman of Time, (conçue en 1973), la figure féminine tient une rose parfaitement formée sur une tige, l’horloge qu’elle a drapée sur son bras fait allusion à la prise de conscience que la beauté peut être indépendante du temps. Dalí a souvent représenté la figure féminine avec une tête non pas de cheveux, mais comme un bouquet de roses, pour symboliser éventuellement leur sexualité latente, comme dans la sculpture « Hommage à la mode » (conçu en 1971)

Dalí a peint une rose parfaite dans son tableau de 1958 « La rose méditative ». L’image est un paradoxe visuel, base fondamentale du surréalisme, la rose semble « flotter » dans le ciel, méditant au-dessus de deux minuscules personnages, rappelant Jean François Millets L’Angélus’ ,(1856), l’un des favoris de Dalí peintures. L’un des pétales est recouvert d’une goutte d’eau, créant un effet tridimensionnel lumineux.

Ici, Dalí utilise la technique du trompe-l’œil pour tromper le spectateur ; en fait, la rose semble avoir de la profondeur dans la peinture, contrastant avec le ciel bleu uni dans lequel elle se trouve, conduisant à un incroyable effet tridimensionnel.

Une autre sculpture en bronze de Dalí qui encapsule la figure féminine avec la tête de roses est, Femme a La Tete de Rose . (1981). Haute de deux mètres, cette sculpture surréaliste rend une fois de plus évidente l’obsession continue de Dalí pour le symbole des béquilles. La Femme à La Tête de Roses se tient sur deux béquilles, une plus longue (s’élevant de la base) soutenant son bras droit. Sur son bras gauche sont positionnés plusieurs doigts de deux mains désincarnées, qui la maintiennent fermement. La partie supérieure de la sculpture est une figure phytomorphe, la tête entière devenant un bouquet fleuri d’où s’élève une corne, donnant une dimension animale à la figure. Dalí représente toujours des personnages ancrés dans la fantaisie, qui, à leur tour, prennent des significations différentes lorsqu’ils sont assemblés avec des objets extérieurs et incongrus ». source : Daliuniverse

Florence Poullain

« Plusieurs sujets de prédilections se dégagent de son œuvre : la nature, les paysages, les êtres vivants du plus petit au plus grand, le graphisme … Les détails retiennent  son attention : une couleur, une texture, une ambiance, une atmosphère … » à voir sur florence-poullain.fr

L’Homme à tête de chou 

est un album-concept de Serge Gainsbourg de 1976, youtube

autres publications bretzel liquide taguées Florence Poullain

Catégories
art liquide

Un citronnier sur le sol sibérien Il n’y en a aucun, Un jour de neige embaumé de lilas, Jamais on ne le verra

Un citronnier sur le sol sibérien Il n'y en a aucun Un jour de neige embaumé de lilas Jamais on ne le verra. Vitaly Urzhumov / Виталий Уржумов / Bourvil
Un citronnier sur le sol sibérien Il n’y en a aucun Un jour de neige embaumé de lilas Jamais on ne le verra. Vitaly Urzhumov / Виталий Уржумов / Bourvil

Un citronnier sur le sol sibérien Il n’y en a aucun Un jour de neige embaumé de lilas Jamais on ne le verra

Vitaly Urzhumov / Виталий Уржумов / Bourvil

Né en 1981 à Oulan-Oude, Vitaly Urzhumov vit et travaille à Vladivostok, en Russie. Passionné par Salvador Dali et Boris Valejo, il est le principal représentant du surréalisme parfum citron.

autres publications bretzel liquide taguées Vitaly Urzhumov

tag : exprime-toi mon citron

Catégories
gif animés avez-vous donc une âme

Salvador Dali : Les pick-up mous (la persistance du moteur essence), 1931

Salvador Dali : Les pick-up mous (la persistance du moteur essence), 1931
Salvador Dali : Les pick-up mous (la persistance du moteur essence), 1931

Salvador Dali : Les pick-up mous ou la persistance du moteur essence.

La Persistance du moteur essence est un gif surréaliste animé en 1931 par Salvador Dalí.

Dans son autobiographie, La Vie secrète de Salvador Dali, l’auteur explique qu’un soir, ayant fini son repas par un camembert coulant, il s’est intéressé « aux problèmes posés par le « super mou » ». Il a alors décidé d’aller faire le plein de son pick-up à Port Lligat en
Catalogne). On retrouve dans ce gif, à travers l’allusion au prix de l’essence et au réchauffement climatique la dimension ludique et provocatrice de Dali. source : Collège Catherine de Vivonne